> shopping chez blue madOne <

Etiquettes_bluemadone

Bonjour les cocos,

Aujourd’hui je suis très heureuse de reprendre la catégorie « Rencontre » du blog pour vous présenter Mathilde Milande. Ce petit bout de femme, avec ses grands yeux et du haut de ses 23 ans, fait partie de ces minis gabarits pétillants et débordants d’énergie qu’on ne peut ignorer. C’est lors d’un atelier DIY pour créer des tampons en mai dernier sur un bateau qu’on s’est rencontré la première fois sans pour autant établir un lien particulier. Finalement nous nous sommes retrouvées sur Facebook de par nos pages respectives et c’est là que le clic a eu lieu… une fois encore merci les internets !

En fait j’étais impatiente de revoir Mathilde et c’est avec la plus grande décontraction que nous avons discuté hier de nos vies, de tout et de rien entre deux bouchées d’œufs cocote et bien sûr de sa boutique en ligne de vêtements vintage Blue Madone.  Je dois l’avouer, c’est un double coup de cœur cette rencontre-là, j’aime autant la fille que son travail, je ne suis pas prête de l’oublier. Notre rendez-vous s’est achevé par la visite de son antre, sa cachette aux mille trésors, l’entrepôt de tous ses vêtements et accessoires vintage ainsi que de ses propres pièces et celles de jeunes créateurs. Une véritable torture pour moi de ne pas succomber aux terribles tentations qui s’offraient à mes yeux tout brillants… rendez vous compte, être livrée seule à un entrepôt de fringues entier, du shopping exclusif et privatisé… je me suis sentie très chanceuse ! Merci encore Mathilde pour cette visite.

Mais trêve de blabla, je préfère vous livrer les réponses de notre cocotte de la semaine pour comprendre son travail, son parcours et sa démarche.

Mathilde Milande_Blue Madone

Pourquoi avoir choisi le nom de Blue Madone (oui je sais, c’est écrit sur ton blog…) ?
Je voulais dénicher un nom à la fois intriguant et artistique. Je trouvais que le bleu, cette couleur, en avait la faculté: il évoquait pour moi l’intrigue, les vapeurs, le mystère, avec une touche à la fois féminine et masculine. Tout à fait l’univers cabinet de curiosité que je voulais donner au site! Et puis pour le choix de la Madone, il faut aller se replonger dans Baudelaire et ses Fleurs du mal. En lisant « A une Madone », son poème, j’avais sous les yeux le cri d’amour et de jalousie d’un homme pour une femme, avec une description de tenue vestimentaire féminine à la fois mystique et cruelle. J’avais le bleu pour le mystère, je venais de dégoter la Madone pour l’aspect icône, intemporel.

Comment toute cette aventure a commencé ?
Il y a deux ans j’ai ouvert une première page facebook intitulée « Blue Velvet vintage vide dressing » où je postais chaque dimanche des photos de looks vintage dont les pièces étaient à vendre. C’était de la folie! Très vite, pas mal de nénettes ont commencé à suivre les ventes et se disputer certaines pièces. D’où l’envie de créer un vrai site e-commerce un peu plus professionnel. Tout cela, je l’ai fait en étant étudiante, et ça me permettait de gagner de l’argent de poche, c’était mon petit passe-temps, pas un projet de vie. Jusqu’à cette année. J’arrivais à la fin de mes études et je devais trouver un stage. Je n’avais qu’une seule envie, bosser pour moi et faire grandir mon projet, mon « poussin ». Alors voilà. En Mars j’ouvrais une nouvelle version du site sous un nouveau nom « Blue Madone » et depuis je suis à 100% dedans. Je ne vends plus seulement du vintage mais je collabore avec de jeunes créateurs français pour proposer encore plus de belles pièces uniques.

Blue Madone

 

Blue Madone

Lors de notre rencontre, tu me disais que tu as fait Sciences Po puis des études de commerce. Qu’est-ce que cela t’apporte pour Blue Madone ?
C’est difficile à dire, je ne sais pas si j’ai encore le recul nécessaire pour analyser tout ça. Sciences Po, c’est une école très pluridisciplinaire, où tu apprends aussi à te forger un esprit critique et donc une personnalité plutôt trempée. La vie associative y est très riche et les élèves sont encouragés à y prendre part. Je tenais notamment l’atelier couture au sein du Bureau des Arts, et ça me permettait d’organiser des défilés. D’un autre côté, Sciences Po ne conduit pas du tout à l’entrepreneuriat. La logique voudrait qu’un élève sorti de Sciences Po fasse plutôt une belle carrière dans la fonction publique ou un grand groupe. Alors du coup, mon cas intrigue et parfois intéresse :). Pour terminer j’ai fait un double master à l’IAE de Bordeaux, une école publique de commerce, et là j’ai pu apprendre des choses un peu plus techniques qui me servent sur le terrain (comme la comptabilité, un mal nécessaire…).

Comment sélectionnes-tu tes pièces ? Tu fonctionnes au coup de cœur ou tu as des exigences auxquelles tu te tiens ?
Jusqu’à aujourd’hui, tout ce qui est sur le site est choisi par mes soins. J’essaie de me projeter selon ce que je connais de mes clients, de leurs goûts potentiels, mais souvent ce sont des choses que j’aurais pu garder pour moi! Beaucoup sont donc des coups de coeurs. Ensuite, je tiens compte de deux choses: soit de l’aspect intemporel et indémodable d’une pièce (le jean, la marinière, le trench, les marques de luxe), soit du fait qu’elle colle bien aux tendances actuelles (le motif navajo ou tropical pour cet été par exemple).

Sur ton site il y a également des pièces que tu crées et des produits réalisés par d’autres créateurs. Pourquoi ajouter cette offre à ta boutique ?
Pour moi, vintage et créateur participe de la même logique: celle de la pièce unique et de la volonté de mieux consommer. Avec le vintage, tu recycles des pièces plutôt que jeter et avec les pièces de créateur tu fais travailler un artisan français qui respecte les matières, les techniques, et a un véritable savoir-faire. Dans les deux cas, tu as l’assurance de dégoter une pièce unique et donc de ne pas avoir à t’habiller comme tout le monde. C’est ça que je veux offrir aux gens: un moyen d’assumer leur personnalité, leur singularité, à des prix très très raisonnables.

Kimono Blue Madone

Boucles d'oreilles _ Blue Madone

Qu’est-ce que Blue Madone t’apporte au quotidien ?
Enormément de choses. La liberté tout d’abord, puisque je bosse pour moi, à un rythme souvent infernal, mais je n’ai du coup pas l’impression de me priver. J’ai décidé de monter mon entreprise par passion: j’adore la mode, les pièces vintage, chiner, créer et coudre, alors le matin, se lever est bien moins difficile. Et puis je fais énormément de rencontres depuis que je me suis lancée. Les gens sont tous de très bons conseils, ils sont optimistes et très encourageants. J’apprends énormément grâce à toutes ces personnalités que je rencontre!

Tu as récemment participé au marché des créateurs sur le festival Vie Sauvage et organisé une soirée à l’i-boat. Je suis curieuse, qu’est-ce que ce genre d’événements apporte à la boutique ? Qu’est-ce que ça implique ?
Pour les événements, c’est toujours un peu la débrouille: ayant un budget limité, je me dois d’être créative pour proposer des choses qui attirent les clients. Je souhaite également que l’on puisse rencontrer ma boutique sur des événements où on ne l’attend pas forcément. Du coup je privilégie les festivals comme Vie Sauvage, pour la personnalité et le concept, plutôt que les brocantes ou salons du vintage. Savoir si c’est rentable dépend de beaucoup de facteurs: le prix du stand, l’affluence, la météo… En général, je m’en tire toujours plutôt bien. Les clients aiment bien que je leur raconte l’histoire des vêtements ou de leurs créateurs et j’essaie de ne pas adopter une posture trop commerciale. Le but est de rencontrer ma clientèle et de me faire connaître ;). Ce n’est pas sans efforts, comme tu l’as vu il faut descendre tout mon stock depuis le 3ème étage, charger une voiture, décharger, installer… je crois que j’ai pris du muscle depuis!

Blue Madone

BlackPower _ Blue Madone

As-tu des projets pour la boutique à court et moyen terme ?
Je veux impliquer d’avantage le client dans le « mieux consommer ». A la rentrée, je vais mettre en place un système de collecte via le site internet ou des événements qui me permettront de racheter directement les pièces vintage des personnes dont le placard déborde. J’aime beaucoup cette idée d’économie circulaire. Tout le monde y gagne: le client fait une bonne action en ne jetant pas à la poubelle, il recycle et gagne même de l’argent, et moi je l’implique dans ma boutique et je peux fonctionner en circuits courts, avec moins de frais. Alors, en Septembre, rendez-vous pour la première « Grande Collecte », le 20 Septembre à partir de midi, à la Guinguette chez Alriq, quai des Queyries (rive droite).

Où et quand aura lieu ta prochaine vente pop-up ?
Samedi 18 Juillet à la Guinguette chez Alriq
, j’aurai un stand pour annoncer la collecte de Septembre. En Septembre, c’est carrément plus important. Il y aura à la fois la collecte et un marché de créateurs, des ateliers DIY et floral, une masseuse,… et plein d’autres surprises :)

Le mot de la fin ?
Je suis en perpétuelle quête de collaborateurs! Alors si des blogueurs, modèles, créateurs ou personnes inspirées lisent ce post jusqu’au bout, n’hésitez pas à venir partager vos idées avec moi!

Nœud papillon_Blue Madone
Pour rappel, c’est important de soutenir une entreprise qui démarre :
>> Suivez Blue Madone sur Facebook pour ne rien manquer des collections mensuelles et des appels à contribution si vous voulez jouer les mannequins d’un jour !
>> Courrez vite sur le site en ligne découvrir des trésors vintage et profitez des soldes intelligemment ( -15% actuellement) : une consommation responsable à petits prix, des pièces uniques qui vous donneront une allure folle tout en ayant meilleure conscience (en tous cas sur moi ça fonctionne) et le tout sans bouger de chez vous ^^ !
>> Et n’hésitez pas à faire le grand ménage dans vos placards pour la rentrée, Blue madone sera là pour vous débarrasser ! Le 20 septembre à la guinguette chez Alrique c’est un rendez-vous (oui oui on ne se répète jamais assez) pour la grande collecte !

Chose promise chose due ! 
Pour ma part, évidemment je n’ai pas pu résister très longtemps vous vous en doutez. J’ai donc craqué pour un kimono cousu main (un premier modèle m’avait échappé de peu) et un ciré bleu à petits pois blancs. J’ai promis à Mathilde un beau selfie duck face… Bon, je crois que finalement c’est un selfie bisous, du coup y a aussi un selfie sourire et une photo bonus.

Selfie bisous kimono Blue Madone

Selfie kimono Blue Madone

Kimono Blue Madone fait main

J’espère sincèrement que vous apprécierez autant que moi les pièces de Blue madone et que vous contribuerez à son essor, que ce soit en tant que client ou en tant que collaborateur.

Je vous embrasse les cocos, moi je vais danser toute nue sous mon nouveau kimono !
O.

Publicités

A propos OdemissO

Un Blog sans prétention créé pour partager mes coups de cœur, mes envies et mes humeurs en O ! Le contenu et la régularité des post seront variables selon l'humeur et l'envie du moment pour ne pas m'imposer de discipline stricte et profiter au mieux de la vie.
Cet article, publié dans rencOntres, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour > shopping chez blue madOne <

  1. Mathilde dit :

    J’adore les petits selfies de la fin, avec la touche d’humour qui te caractérise!

    Merci encore pour ce bel article que tu as mené comme une véritable journaliste!

    Matbilde

    Aimé par 1 personne

  2. Kali dit :

    Tres belle découverte!
    Merci Beaucoup !!!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s